5 Mai 1992 : Drame de Furiani


Le 5 mai 1992 restera à jamais gravé dans nos mémoires. Nous n’oublierons jamais l’angoisse, les cris, les pleurs, le drame qui s’est joué ce jour-là.

Nous n’oublierons pas et nous nous battrons avec nos moyens, nos convictions et nos blessures profondes, comme le fait le Collectif des victimes du 5 mai depuis de si longues années, pour que cette journée soit à jamais bannie du calendrier des rencontres de football professionnel.
 
Parce que nous leur devons.


J’ai déposé hier une question écrite à la Ministre des Sports, Roxanne Moracineanu en lui demandant expressément de faire de ce jour un jour de recueillement et de respect pour les victimes et leurs familles. Je lui ai rappelé le drame vécu au travers de ces heures interminables, l’horreur et les blessures indélébiles que chacun garde désormais en lui.

Ce matin, j’ai surpris les propos hasardeux et gênés de Madame Moracineanu au micro de Monsieur Bourdin.

Si ces mêmes propos m’étaient parvenus avant la rédaction et l’envoi de ma question à son Ministère, j’aurais volontiers répondu à Madame la Ministre que si sa qualité d’élue responsable des sports au gouvernement ne lui permet pas « d’avoir un avis sur la question », notre qualité d’homme et de femme, enfant ou nom de ce pays, elle, permet l’empathie et le respect.

#PasdeMatchle5Mai

J'ai également alerté la ministre des sports sur le sujet, voici le texte:

"M. Paul-André Colombani alerte Mme la ministre des sports sur la programmation de quatre matchs de football de ligue 1 le dimanche 5 mai prochain. 
Le 5 mai 1992 est survenu le drame de Furiani durant la finale de Coupe de France opposant Bastia à Marseille. L'effondrement de la tribune,montée à la hâte, a causé la mort de 18 personnes et fait 2357 blessés. L'année dernière, un accord a été passé avec la ligue de football professionnel, sous la pression de l'ancien secrétaire d'Etat aux sports, afin de sanctuariser les samedi 5 mai et non les autres jours. Le collectif du 5 mai 1992 souhaite que la sanctuarisation s'étende à tous les 5 mai et non plus uniquement les samedi 5 mai. Il est inconcevable que vingt sept ans après ce drame des matchs de football soient toujours programmés les 5 mai. 
M. Paul-André Colombani interroge Mme la ministre des sports sur la sanctuarisation de tous les 5 mai et non plus uniquement des samedi 5 mai."



Facebook
Twitter